L’ESCALIER ROULANT

Resized_20190305_143420.jpg

Resized_20190305_143308001

Resized_20190305_143446

Un groupe de marcheurs(es) avec Martine BUQUET,

au pied de l’ancien escalier roulant (5 mars 2019)

– 533 marches colorées. Pour lire l’article, cliquez ICI

Un petit encart dans LE HAVRE INFO N° 359 du 31 octobre 2018

LHI_359JPG

– Montmorency Urban Race, une course à découvrir, cliquez sur l’image afin de découvrir l’article paru dans la presse

image_content_24163454_20180912210902

– Journées du Patrimoine 2018, article de la presse locale.

Cliquez sur la photo pour le lire

image_content_24182219_20180916221823 

– L’Avenir de Frileuse, publication du PCF Le Havre, cellule Thaelman. Pour lire un exemplaire de cette feuille d’information, cliquez sur l’image

Image1

– L’escalier roulant : Le retour ?
2 articles à découvrir en cliquant sur la photo suivante

roulant-article-7457

Photo : Blog de DAN et NICEPHORE

Image4

Dessin de Soluto  

http://soluto.free.fr/blog/

François CLUZET au Havre

François_Cluzet_Escalier_Roulant_1986

Photo : recueil de l’Association des Amis du Vieux Havre N°48 -1989

64572770_2834054433287590_5154354565046337536_o

66242382_2834054416620925_7530925450718085120_n

2 cartes postales de Frank BRENN,

trouvées sur le site « T’as grandi au Havre si … »

https://www.facebook.com/groups/lehavre76600/

L’escalier mécanique du Havre est un escalier roulant de grande capacité qui relia, de 1928 à 1984, la ville basse du Havre à ses quartiers hauts. Fermé depuis 1984, classé monument historique la même année, il attend depuis cette date une hypothétique réouverture.

Image2

Histoire

Après la Première Guerre mondiale, dans l’agglomération havraise, un nouveau quartier ouvrier, Frileuse, s’établit sur le plateau dominant Graville de 50 mètres. Ses habitants, employés pour la majorité dans la zone industrielle de l’arrière-port, connaissaient de graves difficultés dans leurs déplacements domicile-travail. Le tramway de la Côte Sainte-Marie répondant mal à leurs besoins, la municipalité envisagea l’établissement d’un mode de communication reliant l’ensemble récent d’habitation à la ville basse. Après plusieurs études infructueuses de funiculaires, le Chemin de Fer de la Côte chargé de l’ingénierie opta pour une technique originale : l’escalier mécanique, s’inspirant des installations du métro de Paris.

Mis en exploitation le 17 mai 1928 sous le contrôle de la Société Havraise de Transports en Commun, cet escalier mécanique de taille exceptionnelle, pouvant transporter 6 000 personnes à l’heure, connut un vif succès dans les années suivant son inauguration. En 1929, 1,2 million de personnes l’empruntèrent dont 69 % à la montée et seulement 31 % à la descente. Après la Seconde Guerre mondiale, avec la diffusion des moyens de locomotion individuels, la clientèle se raréfia et une première fermeture de l’appareil intervint en décembre 1964. Repris, en juillet 1965, par la CGFT, gérant le réseau havrais de transport en commun, l’exploitation continua tout en s’avérant déficitaire en dépit d’une forte réduction des effectifs de personnel (le nombre d’agents étant tombé à 7 contre 22 lors des premières années suivant l’ouverture) mais cessa finalement en mars 1984.

Classé monument historique la même année (le 8 juin) par le Ministère de la culture, l’escalier roulant a ainsi échappé à la démolition ; les baies vitrées furent murées, les entrées hermétiquement fermées par des portes métalliques pour éviter toute dégradation. L’escalier mécanique est resté présent dans la mémoire des Havrais qui, depuis l’annonce d’une éventuelle correspondance de tramway (projet de la ligne 2), espèrent sa remise en état.

Image3

Description technique

Empruntant les structures de l’escalier « classique » existant rue Montmorency, cet appareil, long de 153 m, rachetait une différence de niveau de 50 m (équivalent à 17 étages). L’escalier mécanique fut construit par les établissements Grosselin de Sedan et permettait simultanément la montée et la descente grâce à l’existence de deux galeries superposées en béton armé formant un unique ensemble. L’étage supérieur entièrement situé au-dessus du sol était réservé à la montée, alors que la partie inférieure partiellement enterrée assurait la descente. L’ensemble disposait donc de deux entrées différentes dotées chacune de guichets.

La partie mobile de l’escalier mécanique était formée de deux chaînes continues parallèles supportant 338 marches offrant une largeur de 90 centimètres sur 84 centimètres de profondeur. Ces dimensions généreuses permettaient ainsi d’emprunter l’appareil avec des voitures d’enfants ou des bicyclettes, la contrepartie étant une dénivellation importante (38 centimètres) entre chacune des marches. En fonctionnement normal, le trajet était accompli en 5 minutes et 45 secondes grâce à un moteur électrique de 40 CV. En marche accélérée, lors des pointes d’affluence, un moteur plus puissant (140 CV) prenait le relais et réduisait le temps de parcours à 4 minutes et 15 secondes.

escalier roulant haut

escalier roulant bas

Article : Wikipédia

image_content_23362468_20180301194316

 THesee_minotaure_60_Mod

Affiche : http://www.intemporel.com

Et en plus une belle réclame pour le dernier film de Sylvio AMADIO en 1960

Péplum sorti au cinéma de Sainte Cécile, Le Royal ! 

Le souverain diabolique de la Crète est déterminé à garder le Minotaure, au prix du sacrifice de vierges mais Thésée et Ariane, vont tenter de le vaincre…

Aventure garantie ! 

LHI_338_Escalier_Roulant

Le Havre Infos N° 338 du 25 avril 2018

Sites à visiter (les photos proviennent de ces deux sites) :

http://havrais-dire.over-blog.com/article-l-escalier-c-roulant-63261031.html

http://aplemontphoto.blogspot.fr/2007/02/escalier-roulant-montmorency.html

1 vidéo :

http://archives.lehavre.fr/delia-CMS/archives/site/article_id-46281/sstopic_id-883/topic_id-868/topic_parent_id-805/l-escalier-mecanique.html

♦ Ci- après, un passage du prochain livre de Gérard MASSELIN. Dans ce livre sur l’histoire du quartier de l’Eure, cet extrait concernant l’escalier roulant est en lien avec la création du Boulevard de Graville. Merci Gérard !

De nombreux ouvriers de Frileuse, habitant l’Avenue DAL PIAZ, empruntaient chaque jour cet escalier roulant, pour se rendre sur le port, dans les usines havraises ou dans toutes les petites entreprises du Havre-bas. Il en allait de même, pour les familles qui souhaitaient effectuer des achats dans les différents magasins du Centre ville ou du Rond Point. 

escalier roulant accès

Carte postale : collection Gérard MASSELIN

« S’il était facile de se rendre au travail en descendant les rues  du Mont Joly ou Montmirail, il n’en était pas de même à la remontée car ces nouvelles voies extrêmement pentues comme la côte Pasteur, les rues du Général Rouelles ainsi que le raidillon de la rue Clovis pour rejoindre le tunnel Jenner, ajoutaient encore un peu plus de fatigue aux ouvriers après leur journée de travail.  

Dès 1919, le Comité des Acacias demande qu’une étude soit réalisée pour une remontée mécanique de la ville vers la Côte. L’option funiculaire a été rejetée, en revancheun escalier roulant est inauguré le 17 mai 1928 et mis en service le 24 juin.  22 personnes y étaient employées.

Sur la partie basse, les passagers de l’escalier roulant rejoignaient la rue de Verdun par la rue de Montmorency, et sur la partie haute, ils accédaient directement à la rue de l’Abbaye. Le soir, femmes et enfants venaient attendre en haut du tapis roulant (autre nom de l’escalier roulant) les ouvriers qui revenaient du travail, (peut-être pour éviter à ceux-ci un arrêt désaltérant). 

Après avoir subi les bombardements de 1940l’escalier roulant reprend son activité en février 1941, Le 31 décembre 1964, date de la fin d’exploitation par la Société des Chemins de Fer de la Côte, celui-ci est racheté par la ville du Havre qui confie l’exploitation à la Compagnie Générale Française de Transports et d’Entreprise (C.G.F.T.E). Lors de sa réouverture le 19 juillet 1965, il n’y a plus que 7 employés.

Après avoir donné le ticket de passage au préposé, les ouvriers posaient la roue du vélo sur la marche de devant, et bravant l’interdiction s’asseyaient sur celle-ci.  Il fallait environ 5 minutes pour faire le trajet. Le fonctionnement en continu de ce tapis roulant tant apprécié par tous permettait de transporter
6 000 passagers à l’heure. Dans les années 1930, il est comptabilisé 1 million de passagers par an, en 1983, ils ne sont plus que 90 000.  Sa fermeture, consécutive à une panne, sera définitive le 14 septembre 1984, il est classé monument historique le 8 juin 1984 soit trois mois avant sa panne ».

action escalier

Action de la Société Havraise de Transport en Commun :

collection Jean-Charles LANGLOIS

« Suite à la construction de logements sur Frileuse et Aplemont, des travaux permettant d’accéder du plateau aux entreprises situées à proximité ou sur le parcours du futur boulevard de Graville sont envisagés. La solution retenue est de rejoindre la future rue Lanchard (qui deviendra l’actuel Boulevard de Graville). On assiste à un différend entre la ville du Havre et la Préfecture de Rouen. La Commission Départementale décide que la partie à créer sur la portion de la sente aux oies (à l’orée du bois des Acacias) doit être une rue. Elle admettra plus tard que la pente de la sente est trop importante, on ne peut, sur une si petite longueur, réaliser une rue. Il est alors décidé de créer un escalier. Ce différent aura duré 14 ans. L’escalier prendra plusieurs dénominations : de Frileuse, Montmorency, Tourneville, le grand escalier ou les trois cent marches.

La totalité des travaux seront terminés en 1885

Plus tard on profitera de cette percée pour construire l’escalier roulant. »

300 marches

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close