FLASH-BACK

Une annonce parue sur le site Delcampe :

(https://www.delcampe.net/fr/collections/

a

B

On peut reconnaître le baraquement du N°2 à droite puis le bloc de maisons mitoyennes en briques rouges de droite vers la gauche : N° 4, 6, 8 et 10. Pour mémoire, Philippe MASSELIN, co-auteur du site habitait au N° 4.

D

Sur celle-ci, on distingue en arrière-plan la maison SHLE de Mr. VINOT  (disparue aujourd’hui) et même quelques arbres de la Motte féodale. Nous distinguons bien parmi les défilants, les Bretons en costume (S’ils sont nombreux au Havre et forment une riche diaspora, ils sont aussi très nombreux à habiter cette Avenue DAL PIAZ).

C

Sur cette photo, on peut reconnaître Churchill à gauche, Staline avec une casquette de prolétaire et à droite Roosevelt, au centre  De Gaulle. Cela semble être une parodie de la célèbre photo des Accords de Yalta, sauf que le général De Gaulle n’y était pas présent.

YALTA

Winston Churchill, Franklin Delano Roosevelt et Joseph Staline, à Yalta, le 11 février 1945. Présente dans tous nos livres d’histoire traitant de la Seconde guerre mondiale (malgré le cigare de Churchill et la cigarette de Roosevelt), cette photo reste encore aujourd’hui le symbole de l’alliance des grandes puissances contre l’Allemagne nazie.

4 autres photos existent dont certaines sont difficiles à situer.

Voici ce que l’on trouve à la page 218  du livre « Au fil du temps » :

« Décidément la population d’Aplemont n’est pas en manque de festivités en cette année cinquante.

Le 17 septembre, dès 15 heures, les Tambours et Clairons de la Diane de Frileuse, dirigée par son président, M. Lecourtois, assisté de son secrétaire M. Lioust, de la Section Maritime des Tambours et Clairons du commandant Abadie et de la Havraise des Tambours et Clairons dirigée par son directeur M. Henri Luders et par son président M. Jourdan.

Faisant suite au groupes de musique, le cortège folklorique se composait de charmantes jeunes-filles et de jeunes gens en costume du Groupe celtique breton havrais, avec à leur tête deux binious du pays d’Armor. Portant chapeaux ronds et coiffes de dentelle, ils exécutèrent quelques rondes et danses bretonnes pour le plus grand plaisir des habitants d’Aplemont. A la suite de quoi, ils défilèrent dans les rues pour arriver sur le champ de foire où après quelques nouvelles danses, eut lieu la dislocation. »

Extrait du livre : Au fil du temps : Frileuse-Aplemont du Collectif du Plateau (Page 218)

bretagnel’article paru dans le bulletin des Bretons du Havre.

Pour lire ces deux pages, cliquez sur  BRETAGNE extrait

Immeuble Abbé Pierre

L‘immeuble dit de l’Abbé Pierre, rue des mouettes et perpendiculairement un des deux immeubles de la rue René Motin. Précisons que cet immeuble construit après la guerre n’existe plus aujourd’hui.

Photo : https://www.facebook.com/groups/havredautrefoisdeux

Image1

 

La ligne 8

Image2

-Photo, 17 mai 1964-

La ligne 8, Gare-Halattes, puis Gare-Aplemont a été mise en service le 1er août 1947 et remplacée par des autobus le 29 décembre 1970. Le trolley-bus s’arrêtait devant le bar « Flahaut » à Aplemont, Caucriauville n’était pas encore desservi. Les habitants de l’Avenue DAL PIAZ utilisaient souvent les services de cette ligne.

41853744_1935545156502165_9038245782322413568_n

 

 Grand concours du « Havre-Eclair »

En 1905, l’architecte havrais William CARGILL achète à la famille DUBOSC les terrains du Bois de Frileuse pour y créer un lotissement à l’emplacement du pavillon LEMARCIS, au lieu-dit Tous-vents. Il y construit la première maison pour le gardien chargé de vendre les terrains. Le journal du Havre donne comme prix à son concours annuel une maison dite la maison du bonheur. La construction du groupe scolaire de Frileuse (avenue de Frileuse) et de l’église Sainte-Cécile, place de la Liberté, en 1920, complète le lotissement. Ce dernier a été relativement épargné pendant la Seconde Guerre mondiale.

Carte_Villa_Bonheur_Redr

Image1

Image2

La maison du bonheur, 41 avenue de Frileuse (Photos de 2017)

1905+Dessin+la+Villa+du+Bonheur ⇒ Pour aller directement sur la page « Villa du bonheur » et lire d’autres documents,  cliquez sur l’image.

 

♦ Léon MOLON

Une rue du Havre rappelle que ce fut le fondateur de l’aéroclub du Havre mais qui sait que le premier terrain d’aviation était situé à Frileuse, pas très loin de notre Avenue DAL PIAZ ?

LMOLON2

LMOLON6

Léon MOLON naît le 12 janvier 1892 à Arras dans le Nord. De famille aisée, son père est négociant en cuir. Dès l’âge de 6 ans, il fait de la bicyclette, et gagne un prix à Douai en 1899. Il va continuer les compétitions cyclistes durant toute sa jeunesse. Pour suivre ses études commerciales, il monte au Havre où se trouve l’entreprise familiale.

Il n’a pas 18 ans que son père lui offre une auto de marque Bollée. Il se met à réparer les premières voitures Havraise, il passe aussi son permis de conduire le 17 juillet 1899, récemment devenu obligatoire.

LMOLON3

A partir de 1902, il participe à des courses automobiles et remporte de nombreux grand prix comme le Monte-Carlo, Brookland, Le Mans etc…

Mettant de côté les affaires familiales, il installe un garage place de la bourse.

L’aviation commence à prendre de l’essor et en 1909, il achète un BLERIOT XI.

Une « Association havraise d’études aéronautiques » est créée eu Havre en novembre 1908. Elle est très rapidement baptisée « Aéro-club havrais » et s’affilie le 23 mars 1909 à l’Aéro-club de France.

Au vu de ses qualités de pilote, le célèbre aviateur Louis BLERIOT l’engage dans son équipe afin de concourir au divers meetings de 1909.

C’est le 23 novembre 1909, à 16H45, qu’a lieu le premier vol, officiel, d’un aéronef à moteur au dessus du Havre, deux autres vols suivront le 26.

Il va montrer ses capacités à maitriser les machines volantes, au point de battre le record du monde de vitesse, avec 86 km/h, lors des rencontres aéronautiques de Donscater Sheffield (Grande Bretagne).

Peu après la Première guerre mondiale, Léon MOLON, entouré d’amateurs, réactive l’Aéro-club du Havre. Le 21 octobre 1919, les statuts sont déposés auprès de la préfecture. Le club obtient l’autorisation officielle quatre jours plus tard. L’aéro-club s’installe sur un terrain situé à l’est du fort de Frileuse, puis à la suite d’intempéries, déménage sur le terrain de la ferme ROUSSELIN,  qui va devenir l’aérodrome de Bléville. Les années vont passer et Léon MOLON est élu président, poste qu’il va occuper jusqu’en 1934 avant d’être nommé président d’honneur.

LMOLON5

LMOLON4

On croise aussi Jean Maridor le havrais, aviateur français libre de la Seconde Guerre mondiale, héros de la Royal Air Force. Gabriel Guérin, décoré de la Médaille militaire et de la Légion d’honneur pour ses prouesses en combat aérien.

Tous trois (L. MOLON, J. MARIDOR et G. GUERIN) sont enterrés au cimetière Sainte-Marie

♦ Vis à vis

 Deux photos extraites du journal Vis-à-vis dont on peut retrouver quelques articles en cliquant sur l’image ci-dessous

BROCHURE 11

CHAMP DES MOUETTES

Aujourd’hui, sur ce terrain s’élève le collectif d’immeubles THIRE BONFAIT

Au fond les petits pavillons de la rue des Mouettes

dalpiaz1

A l’entrée de l’Avenue DAL PIAZ, à la place de ce baraquement à gauche (N° 1), s’élève le bâtiment de l’îlot PORTE

 Quelques extraits du journal Vis-à-vis que vous pouvez lire en cliquant sur l’image ci-dessous

BROCHURE 11

Notre association est à la recherche de l’ensemble des numéros de ce journal. Du moins, de ceux qui traitent de la Cité Jardin et de l’Avenue DAL PIAZ (Les originaux ou des copies). N’hésitez pas à nous contacter. Merci par avance !

♦ Rue de l’Abbaye

Il n’est pas simple de reconnaître cette section de l’ancienne rue de l’Abbaye  sur cette photo prise en 1978 (http://latourrobinson.pagesperso-orange.fr/index_rue_de_l_Abbaye.html) aussi nous sommes allés prendre en photo la même portion de rue (aujourd’hui rue Pablo NERUDA) afin de mieux se rendre compte des changements intervenus.

20190324_120430

Sur la photo couleur, la première maison est le N° 299 de la rue Pablo NERUDA face à la rue du Bois CODY.

ruedelabbaye1978Image2

abbaye 2.jpg

Des voitures d’une autre époque

Les voitures que l’on pouvait voir passer, parfois, avenue DAL PIAZ, dans les années 60. De 9h à 12h15, tous les 1er dimanche du mois, des collectionneurs ou des passionnés exposent l’objet de leur passion pour le plaisir de tous. Cela se passe Place Commando Kieffer avenue Paul Bert, près du château d’eau.

 

20180805_110736.jpg

20180805_111553

20180805_111521.jpg

20180805_111619

20180805_111514

20180805_111647

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close